Interview d’Atelier Sylphe

atelier-sylpe-black-crinoline-new-york-based-theatre

Crédit Photo: Company XIV

Bonjour Joëlle Verne. Merci beaucoup pour avoir accepté cette interview. J’ai vraiment hâte de partager encore plus d’informations à propos de vous et de vos designs avec nos lecteurs. Qu’est-ce qui vous a poussé à créer de la lingerie?

Un goût personnel pour les lignes et le port que les pièces de corseterie donnent. J’aime aussi l’histoire du costume, les matières et collectionne les corsets anciens.

Qu’est-ce qui vous inspire pour créer des crinolines en particulier?

Les matériaux peu usuels et peu connus qui en font des articles intéressants à travailler pour le spectacle, un domaine que j’affectionne.

atelier-sylphe-four-crinolines

Crédit Photo: Joëlle Verne, Atelier Sylphe

De nos jours, la crinoline est considérée comme étant un élément du passé. Comment est-ce que vos créations la remettent au goût du jour?

J’ai détourné cette fondation du costume féminin en accessoire à porter tel-que, plutôt dessus et décliné en 10 couleurs. J’imagine que cela en fait une pièce originale avec un petit plus dû, justement, à son historique issu du vestiaire lingerie.

atelier-sylphe-shoulder

Crédit Photo: Joëlle Verne, Atelier Sylphe

Pouvez-vous nous raconter votre histoire et votre chemin parcouru dans l’industrie de la mode?

Je me suis spécialisée en corseterie depuis une dizaine d’année. Ma première approche fut ma curiosité pour les corsets et les gaines que ma grand-mère maternelle (née en 1898) a porté toute sa vie. Enfant, j’étais intéressée par le côté technique, j’en ai démonté plusieurs, intriguée par les armatures de métal, les laçages, la construction.. Adolescente, j’ai élargi mon intérêt aux vêtements de manière plus générale. J’ai également suivi une formation ‘couture’ de type industriel.

Je suis revenue plus tard aux serres-taille, par goût pour le milieu gothique, mes nombreux voyages en Angleterre où l’esthétique corsetée était plus présente me semble-t-il. Je me suis passionnée pour ces pièces de lingerie des plus intimes autrefois, maintenant portées dessous-dessus. Mon métier de couturière industrielle aidant, j’ai commencé par reproduire quelques modèles anciens de ma collection personnelle. Puis internet est arrivé et la mine d’informations à laquelle j’avais alors accès m’a permis d’enrichir et affiner mes connaissances sur la façon de modeler la silhouette.

La société Atelier Sylphe sous coopérative Talents Croisés a vu le jour fin 2008. Je suis installée en atelier à domicile. J’enseigne également la corseterie en Lycée Pro en tant qu’enseignante vacataire depuis 2012. La corseterie est pour moi un prolongement de mon métier de couturière patronnière-gradueuse et modéliste.

Atelier Sylphe Collage 1.jpg

Crédit Photo: Photographe: Peter van Gelderen | Modèle: Nadia De Weerd |
Mua: Jenny Flower Visagie, Photographie: Aurélie R. | 
Modèle: Lizzie Saint Septembre| Collar: Stéphanie Capéllini |
Assistant: Olivier Ramonteu | Muah: Aurélie Raidron, Esrella

Comment votre amour pour la mode et la lingerie s’est transformé en la création de votre propre marque?

J’étais employée Modéliste couture dans le secteur industriel et la délocalisation de mon poste, puis un licenciement économique m’ont permis de me repositionner sur l’artisanat en créant ma société.

Quel genre de personne constitue votre clientèle cible?

J’ai une clientèle de particuliers principalement, des tenues de scènes pour le spectacle, le théâtre, les soirées à thème pour la corseterie et pour mes accessoires crinoline des accessoiristes, cascadeurs, chanteurs, comédiens, compagnies de cirque, costumiers, artistes de comédie musicale /cabaret, danseurs, décorateurs-scénographes, designers, directeurs artistiques, décorateurs étalagistes, DJs, mannequins, musiciens, photographes, théâtre, troupes de spectacles et artistes de rue, stylistes, particuliers pour shows/ soirées …

Atelier Sylphe Collage 2.jpg

Crédit Photo: Comtesse Léa, CAGED: Ivonne Carlo Photography |
Modèle: Bibi Torres | Coiffure/MUA: Rafy Quiñones | Styling: Aisha Naomi |
Assistant Photographe: Albert Anthony Guevara |
Photo/Retouch: Ivonne Carlo Photography |
Publication: Narciso Mag Inffo, Fred Kyrel | Modèle: Morgane Ray

Avez-vous une pièce que vous affectionnez particulièrement dans votre collection?

Un corset reteint au thé, une reproduction en jacquard rouge/or d’un patron de corset de 1779, un corset pistils noir avec beaucoup de sequins, un…. je crois que ma liste est très longue, chaque pièce étant unique et faite pour une situation ou une personne précise, chacune correspond à un projet, une rencontre, dès que je revois des photos je les affectionne de nouveau pour la raison pour laquelle ils ont été fait.

Est-ce que vos créations sont exclusivement des pièces de costumes ou bien peuvent-ils être porté dans la vie de tous les jours?

Non je réalise nombre de pièces, notamment des serre-tailles et des serre-tailles fabriqués avec des bandes élastique que l’on peut porter sur un jean, une jupe au quotidien.

atelier-sylphe-neck

Crédit Photo: Edito Solis Mag | Photographe: Fred Göllesch | 
Modèle: Justina Becker – JuicyFruit Fruitii |
Maquillage et Coiffure: Teresa | Lieu: Studio efgee-pictures, Liege Belgium |
Penderie: Ramona Hernandez Collao | Assistant Photographe: Norb

Comment décririez-vous votre sens esthétique en trois mots?

Beau, personnel, choisi.

Pouvez-vous nous parler du processus de production de création vos pièces?

Souvent une cliente me donne un axe, une couleur, un détail. Je regarde dans mes stocks et je rebondis dans un premier temps pour notifier ce qui est possible ou non de faire et amène des déclinaisons et une proposition. Cela se passe souvent très vite, en deux heures de discutions on tient notre tenue que je monte. Il arrive parfois de l’aboutir un peu plus lors d’un premier essayage.

atelier-sylphe-blue-mask-and-shoulder

Crédit Photo: Photographe: Fred Göllesch / Efgee-pictures Fotografie | 
Modèle: Justina Becker – JuicyFruit Fruitii |
Maquillage et Coiffure: Makeup by Teresa |
Lieu: Studio efgee-pictures, Liege Belgium |
Penderie: Ramona Hernandez Collao |
Assistant Photographe: Norb 

Avec quels matériaux et quelles couleurs préférez-vous travailler?

Je crois être connue pour être une exploratrice des matières, le défi technique par rapport à une matière me semble intéressant, j’aime travailler des enduits, des plastiques, des matières singulières ou détournées comme une fois de la vraie résille de métal à la place d’une résille tissu. Cela peut être différent et intéressant selon les réalisations. Cela fait expérience mais j’aime aussi revenir aux fondamentaux comme le tissu de coutil qui est la matière traditionnelle en corseterie.

Quels ont été les hauts et les bas dans votre carrière?

J’ai 48 ans et j’ai toujours été couturière. J’ai donc travaillé en industrie où, à chaque fois que l’on delocalisait mon poste, on me formait pour un poste supérieur: de petite main aux machines, j’ai donc été couturière confirmée pour l’ensemble du vestiaire féminin puis patronnière-gradueuse puis modéliste. Comme je le précisait plus haut j’ai été licenciée, on peut donc considérer cela comme un redémarrage mais pas vraiment un ‘bas’. Je n’ai jamais été sans activité.

Ma société créée en 2008 s’est développée en évolution de CA constant. J’ai démarré seule. Lucienne, ma première ouvrière, m’a rejoint en janvier 2013 et Marie Claude est arrivée en septembre 2014. Elles fabriquent la gamme crinoline, quant à moi je reste sur la corseterie en sur-mesure.

atelier-sylphe-long-black-crinoline

Crédit Photo: Kelly McCarthy Photography | Modèle: Mikaela Janee

Quels sont vos prochains projets?

Satisfaire mes clients! Je constate également que j’ai beaucoup de clients étrangers. J’ai livré plus de 40 pays depuis huit ans, ce qui est une bonne chose, mais j’aurai à cœur de me re-promotionner sur le territoire. On me demande également de plus en plus de stage coaching, je propose donc des formations sur-mesure à mon atelier sur des dispositifs CPF la plupart de temps.

Où est-ce que l’on peut acheter votre lingerie?

Je n’ai pas de distributeurs, ni de boutique physique. Je procède en direct avec mes clients pour la corseterie et sur des boutiques en ligne pour la ligne accessoire. Etsy est ma plus grande plate-forme de vente d’accessoires de même que ma boutique en ligne.  Puis d’autres boutiques en ligne telle que À Little Market ou Dawanda.

atelier-sylphe-red-mask

Crédit Photo: Esrella 

Check out the rest of our fashion articles here.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s